Manger va coûter (encore) plus cher.

Europe 1, 2/08/2012 :

Face à l’envolée du prix des matières premières, le prix des aliments va de nouveau augmenter.

Les semaines se suivent et se ressemblent à la Bourse de Chicago. La place boursière de référence pour les matières premières alimentaires ne cesse de s’enflammer, à cause notamment de la sécheresse qui frappe les Etats-Unis, la pire depuis vingt cinq ans. Lundi, le maïs a atteint de nouveaux records, tandis que le soja et le blé sont eux aussi en forte hausse.

Cela ne devrait pas passer inaperçu dans nos porte-monnaie. C’est aujourd’hui une certitude, se nourrir va coûter, encore, plus cher. A commencer par les aliments de base. Le prix de la baguette, par exemple, devrait augmenter de quelques centimes – trois ou quatre maximum – d’ici le mois de septembre. La faute à une envolée des prix du blé et du maïs, qui ont bondi de 35% en deux mois.

Hausse des prix attendue pour la rentrée.

Cette hausse rappelle celle de 2008 qui avait vu, à l’époque, le prix des pâtes, des huiles, des farines et de certaines viandes augmenter de 5 à 15% dans les rayons de supermarché. Face à cette crise, les agriculteurs avaient obtenu un accord d’augmentation qui prévoit une répercussion automatique des prix en cas de flambée du prix des céréales.

Cet accord sera donc appliqué à la rentrée pour la volaille. « Il pourrait s’appliquer plus tard pour la viande bovine et pour le porc », explique à Europe 1 Dominique Barraud, secrétaire général de la FNSEA, le premier syndicat agricole. Ce dernier réclame une augmentation minimale, à hauteur « de la marge du surcoût de l’aliment, et non pas de pourcentages en permanence rajoutés », dérive, dit-il d’une grande distribution « qui ne parle qu’en pourcentages ».

Décisions politiques « pour la rentrée » ?

Face à cette situation délicate pour les éleveurs, le président de la République a promis de se pencher sur le sujet. « J’ai demandé à Stéphane Le Foll de saisir les instances auprès du G20 qui doivent prendre toute la dimension de la volatilité des prix des matières premières et notamment des céréales », a détaillé François Hollande samedi.

Le ministre de l’Agriculture a lui laissé entendre que des « décisions » pourraient être prises « pour la rentrée », notamment pour les éleveurs qui sont les plus touchéspar cette flambée du cours des céréales.

Advertisements

2 réflexions sur “Manger va coûter (encore) plus cher.

  1. je ne vois pas pourquoi une envolée des prix des céréales se ferait cette année,je séjourne depuis quelques jours en Eure et Loire et je suis épatée par la récolte de blé notamment ,ce doit-être un cru exceptionnel en quantité et en qualité……que les agriculteurs l’augmentent pour les pays qui refusent la distribution de nos fromages par exemple ok ,Etats Unis(ex) entièrement d’accord mais pour les agriculteurs de l’hexagone aucune augmentation ne doit-être subie,je suis désolée et je ne vous parle pas de la paille ,je n’ai jamais vu de ma vie un tel rendement …….Alors il est temps qu’en France on adopte le même fonctionnement que les pays étranger à notre encontre.quand on manque d’une denrée on la leur paye au prix fort faisons de même…………..il ne faut pas pénaliser les Français sur les indispensables de base ………….

  2. Merci pour ton commentaire, qui nous apprends ce dont nous nous doutions : tout prétexte est bon pour augmenter les prix et faire payer encore plus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s