Précarité, un outil de profits.

Le constat est accablant, il n’y a jamais eu autant de pauvreté en France. Il faut le rappeler tant le sujet fait peur et provoque l’omerta (peut être un peu moins l’hiver…). Certains disent que les précaires l’ont mérité, qu’ils le veulent bien, qu’ils ne font rien pour s’en sortir. D’autres détournent le regard, car ils sont trop dérangeant pour leur confort et deviennent invisibles. D’autres encore ont peur, car ils sentent que cela pourrait leur arriver, à eux ou à leurs proches. Certains y sont presque, il ne reste plus grand chose pour les précipiter à la rue. Les « riches » disent mériter leur revenus, à force de soi-disant travail. Mais les « pauvres » méritent-ils ce qui leur arrive ? Sont-ils les seuls responsables de leurs destinés ?

Le dernier courrier des Restos du Cœur fait froid dans le dos. Dans une avalanche de chiffres, il est dit que pour 2011/2012 :

  • 115 millions de repas ont été distribués à 870 000 personnes accueillies dans 2 040 centres.
  • 32 000 bébés de moins de 12 mois ont été aidés dans 85 Restos Bébés du Cœur.

Pourtant, tous les jours nous apprenons qu’il y a eu au sommet de l’Etat, des détournements de fonds, des abus, des avantages indus… de l’argent qui tourne, qui circule, des dépenses inconsidérées, des revenus inconcevables. Finalement, la crise ne se ferait pas sentir pour tout le monde, qu’on soit riche ou précaire.

EDF et GDF ne veulent rien entendre pour leurs factures toujours plus élevées, et répondent dans leurs courriers de relances : « engagez-vous à prendre rendez-vous avec le Fonds Solidarité Logement (FSL), pour que vous puissiez nous payer, ou on vous coupe… ».
La précarité énergétique n’est plus une faille mais un abus.

Les contrôleurs de chômeurs ou d’allocataires Caf qui viennent récupérer le moindre euros versé soit-disant à tort et rédigent ensuite des rapports pour chlore définitivement les droits. Comme si s’attaquer aux pauvres, était une véritable source de richesse.

Pendant ce temps, les banques font leur beurre bien gras, sur le dos des personnes en difficultés, en provoquant des incidents générateurs de frais indécents, permettant d’aller bien au-delà de l’usure.

Les huissiers se délectent avec leurs actes toujours plus nombreux qui ne peuvent amener qu’à l’expulsion, dont ils se chargeront d’ailleurs.

Les expulsés, s’ils ont de la chance, se verront relogés provisoirement dans des taudis, loués par des marchands de sommeil, à des prix délirants ou devront franchir le pas vers le relogement d’urgence en structures sociales.

Le système, toujours plus affamé, enferme inéluctablement dans des situations ultimes d’où l’on ne peut sortir que très difficilement.

Les politiques jouent à fond des vases communicants, pour eux, comme pour leurs amis… Assécher la « masse » pour toujours mieux gaver l’« élite ».

La pauvreté, l’insécurité économique, permettent la gouvernance, le management par la peur : « regardez ce qui pourrait vous arriver ! »

L’État capitaliste, avec ses bras armés, est le premier à précipiter des hommes, des femmes, des familles entières, dans le gouffre. Mais plonger des gens dans la pauvreté apporte des profits, donc pourquoi s’en priver ?

D’ailleurs, finalement, ne sont-ils pas heureux, tous ces malheureux ?

Un grand dirigeant d’entreprise qui se repose dans son bureau parisien… : 

Clochard assoupi sur le bord du Canal Saint-Martin

Clochard assoupi sur le bord du Canal Saint-Martin 

Logements de grand luxe en bordure de Seine (pour investisseurs avertis, forte plus-value garantie) :

Campement de fortune sur le bord du Canal Saint-Martin

Campement de fortune sur le bord du Canal Saint-Martin

Cabinet de toilette cossu et Bureau grand luxe
Mobilier conçu par d’anciens élèves de l’École Boulle :

Coin beauté avec bureau sur le Canal Saint-Martin

Coin beauté avec bureau sur le Canal Saint-Martin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s