Pauvreté: la Fnars demande des mesures de « rattrapage » au gouvernement.

La Fédération nationale des associations de réinsertion sociale (Fnars) demande au gouvernement des mesures de « rattrapage » pour lutter contre la pauvreté, estimant « insuffisantes » les annonces du Premier ministre en décembre, dans des courriers rendus publics lundi.

Florent Gueguen (G), directeur général de la Fnars, le 5 décembre 2012 à Paris (Photo Jacques Demarthon. AFP)

Florent Gueguen (G), directeur général de la Fnars, le 5 décembre 2012 à Paris (Photo Jacques Demarthon. AFP)

Alors qu’un plan quinquennal contre la pauvreté est attendu le 22 janvier, la Fnars a envoyé à Jean-Marc Ayrault et à plusieurs ministres des courriers soulignant « les manques dans le discours du Premier ministre » lors de la conférence nationale de lutte contre la pauvreté, les 10 et 11 décembre, a expliqué à l’AFP Florent Gueguen, directeur général de la Fnars.

Même si elle souligne « les annonces positives sur le RSA, le relèvement du plafond de la couverture maladie universelle (CMU), et globalement l’effort budgétaire de 2,5 milliards sur le quinquennat », la Fnars « demande un rattrapage, ou du moins un complément, dans le cadre du plan quinquennal », a-t-il ajouté.

Dans ces courriers, signés par le président de la Fnars Louis Gallois, la fédération estime que l’annonce d’une « garantie jeunesse, une allocation liée à un contrat d’insertion pour 100.000 jeunes sur une année » est « à la fois positive et très insuffisante, dans le contexte de pauvreté massive et de chômage de masse de cette catégorie d’âge », a précisé M. Gueguen.

Il demande « l’élargissement du RSA jeune pour tous les jeunes de 18-25 ans sans ressource et engagés dans un parcours d’insertion » et « la création d’un droit à la formation tout au long de la vie » pour les jeunes en difficulté.

En matière de logement et d’hébergement, si la Fnars approuve la création de 8.000 places d’hébergement pour 2013, elle regrette « l’absence de vision quinquennale ». Elle demande la généralisation des diagnostics territoriaux « pour quantifier l’ensemble des demandes de logement et d’hébergement », d’abord en faveur des personnes SDF « qui sollicitent le 115 et sont mises à l’abri dans le cadre de la campagne hivernale », puis dans un deuxième temps, pour « l’ensemble des situations de mal-logement ».

La Fnars demande aussi une « loi de programmation quinquennale » qui « quantifie la création de places d’hébergement et de logements adaptés accessibles aux personnes sans abri et à très faibles ressources ».

En matière d’emploi, la Fnars suggère que « si les entreprises ne faisaient pas, à terme, les efforts nécessaires pour intégrer les personnes en insertion dans leurs effectifs », le gouvernement puisse « envisager des sanctions financières d’ordre fiscal ou sur les cotisations sociales ».

Elle demande aussi « la réorientation des crédit de la formation professionnelle vers les chômeurs longue durée et les jeunes éloignés du marché du travail ».

http://www.liberation.fr/depeches/2013/01/07/pauvrete-la-fnars-demande-des-mesures-de-rattrapage-au-gouvernement_872249

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s