Crise et inégalités. Le «modèle français» en voie de délitement

Publié par Alencontre le 24 – avril – 2013 :

La photographie est prise en 2010. Mais les tendances qu’elle dessine ont dû se poursuivre et s’approfondir au cours des deux années suivantes. Dans sa dernière étude sur les revenus et le patrimoine des ménages, publiée mercredi 24 avril, l’INSEE [Institut national de la statistique et des études économiques] dresse un nouveau bilan des effets de la crise. Et ils sont dévastateurs: la pauvreté s’installe et les inégalités n’ont cessé de se creuser.

Un enfant sur cinq vit au-dessous du seuil de pauvreté

Un enfant sur cinq vit au-dessous du seuil de pauvreté

Les ménages les plus pauvres paient le plus lourd tribut.

«En 2010, le niveau de vie de la majorité de la population stagne ou baisse, après avoir faiblement augmenté l’année précédente. Au sein de l’ensemble de la population, les personnes les plus modestes sont particulièrement touchées depuis la crise. À l’inverse, le niveau de vie au-dessus duquel se situent les 5 % de personnes les mieux loties repart à la hausse, après avoir stagné en 2009», note d’emblée l’ INSEE. [L’étude peut être consultée à cette adresse: http://www.insee.fr/fr/publications-et-services/sommaire.asp?codesage=REVPMEN13]

Le niveau de vie médian – c’est-à-dire le point d’équilibre entre la moitié des ménages qui gagne le moins et la moitié qui gagne le plus – s’est élevé à 19’270 euros par an [23’500 CHF], soit 1’610 euros par mois [1964 CHF]. Il est en baisse de 0,5 % en euros constants, par rapport à 2009. La baisse a été particulièrement sensible pour les ménages les plus pauvres. Les trois premiers déciles accusent une chute entre 1,3 % et 1,6 %. Les 10 % de personnes les plus modestes ont un niveau de vie inférieur à 10’430 euros annuels [14’106 CHF], correspondant au 1er décile [les déciles sont des valeurs qui partagent une distribution des salaires, des revenus, etc. en dix parties égales, 1er décile D1, etc.].

Dans le même temps, les revenus des ménages les plus aisés, qui avaient enregistré une baisse en 2009, ont recommencé à augmenter. Le niveau de vie des 5 % de personnes les plus aisées a progressé de 1,3% en 2010. Celui des 1% les plus riches a enregistré une hausse de 4,7% en 2010, après avoir baissé de 4,3 % en 2009. «Les 10% les plus aisées disposent d’au moins 36’270 euros par année [44’249 CHF], soit 3,5 fois plus (que les foyers les plus modestes)», note l’étude.

(Par quantile on entend: des valeurs de données marquant les limites entre deux sous-jeux consécutifs)

(Par quantile on entend: des valeurs de données marquant les limites entre deux sous-jeux consécutifs)

C’est la première fois, insiste l’INSEE, que la crise accentue autant les inégalités. Cette remarque conduit à un constat inquiétant: le système redistributif français, mis à mal depuis de nombreuses années, est en passe de se casser. Il n’a plus les mêmes effets protecteurs qu’auparavant. Les dispositifs de solidarité permettent encore d’atténuer la chute mais plus de l’effacer. «Avant transfert, le premier décile de revenu par unité de consommation [ampleur du ménage] diminue de 3,2% en moyenne par an de 2008 à 2010 et de 1,2% après transferts; pour le deuxième décile, les évolutions sont respectivement de 1,8% et de 1,3%», signale l’étude.

2,7 millions d’enfants vivent dans des familles pauvres

De plus en plus de ménages se trouvent ainsi renvoyés aux marges de la pauvreté. «En 2010, le taux de pauvreté monétaire atteint 14,1 %, en hausse de 0,6 point. Les plus fortes contributions à la hausse de la pauvreté en 2010 sont en fait celles des populations inactives: les retraités (11 % de l’accroissement du nombre de personnes pauvres), les adultes inactifs autres que les étudiants et retraités (16 %) et, surtout, les enfants de moins de 18 ans (63 %)», relève l’INSEE. Selon l’institut, 2,7 millions d’enfants vivent désormais dans des familles pauvres en 2010. Le risque de pauvreté s’accroît pour ces enfants, quand ils vivent dans des familles monoparentales, ou s’il y a plus de trois enfants dans la famille. Toutes ces données seront-elles prises en compte par les experts qui prônent une réforme des allocations familiales?

La pauvreté touche aussi les retraités les plus âgés, souvent des femmes seules n’ayant pas ou peu travaillé. Le minimum vieillesse avait permis ces dernières années d’apporter une sécurité à cette population très fragile. Mais là encore la situation se dégrade«En 2009, le taux de pauvreté monétaire des personnes âgées de 75 ans ou plus s’élève à 13,0 %, contre 7,7 % pour les personnes âgées de 65 à 74 ans et 12,8 % pour les personnes d’âge actif», pointe l’étude.

Le boulet de l’endettement

La troisième catégorie la plus menacée, ce sont les ménages endettés. Par rapport au reste de l’Europe, les ménages français sont peu endettés. Selon l’INSEE, 46 % des ménages vivant en France déclarent avoir au moins un emprunt encore en cours. 18 % sont endettés uniquement pour l’achat d’un bien immobilier ou pour financer de gros travaux. Mais il y a ceux qui s’endettent pour boucler les fins de mois, ceux qui cumulent les crédits immobiliers et les crédits à la consommation. Plus de 18 % des ménages endettés doivent rembourser l’équivalent de plus de 30 % de leurs revenus chaque mois. Certains se retrouvent totalement étranglés : ils sont 12 % à avoir un endettement dépassant 80 % de leurs actifs, et même 9 %, qui ont accumulé un endettement dépassant la totalité de la valeur de leur patrimoine.

Que reste-t-il du «modèle français»?

De moins en moins de protection manifestement au fur et à mesure que la crise se prolonge et s’amplifie. Jamais les inégalités n’ont été aussi grandes en France depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Mais rien n’est fait pour corriger la situation. Aucune réforme de la fiscalité n’a été entreprise par le gouvernement. «La réforme fiscale est faite», assurait avec aplomb Jérôme Cahuzac, alors ministre du budget, en janvier 2013. Plutôt que de regarder les chiffres et de s’en inquiéter, beaucoup préfèrent s’en tenir au mythe.

Article publié sur le site Mediapart en date du 24 avril 2013

http://alencontre.org/europe/france/crise-et-inegalites-le-modele-francais-en-voie-de-delitement.html

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s