«J’ai dû emprunter pour soigner mes dents»

Un   Français sur trois a déjà renoncé à se soigner pour des raisons   économiques. D’après le 7e baromètre santé d’Europ Assistance, cette   tendance est même en nette hausse. Et les témoignages récoltés illustrent bien cette situation.

MEDICAMENTS

«Les   étudiants boursiers font pas mal de sacrifices, et la santé en fait   partie. Combien de fois n’ai-je pas eu les moyens d’aller chez un   médecin ou à la pharmacie…», soupire Gway G.

Charlotte R. connaît les   mêmes dilemmes: «Je repousse tous les soins: dentiste, ophtalmologie,   dermatologie, et même pneumologie… Ma situation financière ne me le   permet pas. Je suis salariée à plein temps et au smic. J’élève seule mes   deux enfants, pour qui les soins médicaux sont évident et  prioritaires.  Je retarde chaque année tous les dépistages et contrôles  de routine –   mais je me dis qu’un jour, cela va me revenir en pleine  face.»

«J’ai dû renoncer à des soins dentaires car je n’avais pas les moyens   de payer, raconte Chantal P. Pendant deux ans, j’ai eu de fortes   douleurs et mes dents s’abîmaient – elles commençaient même à tomber.   J’ai dû me faire prêter de l’argent et ai subi 8 mois de soins, à raison   de deux consultations par semaine, ce qui m’a coûté 5000€. Pire:   l’appareil s’est cassé au bout de dix jours, et j’ai dû payer 140€ de   plus! Pourtant, je travaille, mais avec toutes les taxes que je paie, me   soigner est difficile…»

«Je dois remplacer 14 dents. À 700 euros la   dent, je ne peux pas!», renchérit Sylvie G.

«Toute ma bouche est   abîmée. J’ai besoin d’un appareil. Je ne peux me nourrir qu’avec des   aliments liquides, c’est une souffrance permanente. J’ai perdu 14 kilos   en un an, je n’en peux plus!», s’indigne Marie-Ange L.

Les soins   dentaires sont en effet les premiers auxquels les Français renoncent   (25% des sondés).

«Je n’ai pas les moyens de me procurer des cachets pour mes maux de tête»

Les   lunettes et les lentilles sont également souvent zappées ou, au mieux,   achetées au rabais. «J’ai pris une paire de lunettes avec monture la   moins chère. Résultat: elles tombent tout le temps. Je suis toujours   obligée de bouger mes lunettes pour y voir mieux! Et les verres sont   bien entendu de qualité moindre», détaille Michou D.

7%   des Français renoncent aux achats de médicaments. Sandras A en témoigne: «Je suis migraineux et je n’ai pas les moyens de me procurer parfois  des  cachets efficaces pour mes maux de tête comme le Prontalgine. Et la   pilule de ma compagne, qui n’est pas remboursée, vaut entre 17 et 22€.   Je suis sans emploi, bénéficiaire de la CMU ; malheureusement, celle-ci   rembourse plus de médicaments qui ne me sont jamais prescrits. La   logique…»

Parfois,   ces économies ne sont pas sans conséquences. Corinne D. raconte: «Il y  a  quelques années, ma fille aînée a eu un accident de ski qui a  provoqué  des dégâts sur son genou droit. À cette époque, j’étais au  chômage et il  fallait qu’elle fasse des radios et des IRM. Je n’avais  pas de  mutuelle, et la CPAM m’avait refusé la CMU parce que je  dépassais le  plafond. J’ai traîné pour faire les examens parce que je  n’avais pas les  moyens. Ça a duré plusieurs mois, et je voyais ma fille  souffrir. J’ai  finalement dû emprunter pour la faire soigner…  Aujourd’hui, je ne vais  pas automatiquement chez le médecin parce que  c’est un coût, je  privilégie les remèdes de grand-mère. Mais lorsque ça  concerne mes  enfants, je n’hésite plus.»

http://plus.lefigaro.fr/note/jai-du-emprunter-pour-soigner-mes-dents-20131015-2631463

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s