A Paris, un supermarché collaboratif veut rendre les bonnes choses accessibles à tous

Ce n’est pas un loup mais une louve qui est aux portes de Paris. Venue d’outre-Atlantique, elle couve une jolie portée d’idées coopératives pour développer un modèle de distribution alternatif pour bons produits locaux et pas chers. Rencontre avec ses instigateurs.

large_large_kisskissbank_LaLouve.6

La passion des bonnes choses

La_Louve_Team_photo_CreativeCommons_by_SoAnn-1024x575Brian Horihan vient du Minnesota, et Tom Boothe de l’Indiana. Ces deux Américains se sont rencontrés à Paris par amour… de la bonne bouffe. Tom a été marqué durant ses études de beaux-arts (il est cinéaste de formation) par un prof de musique qui a su lui transmettre son amour du vin. «Il me racontait à quel point le fait de “bien manger” avait participé à la cohésion sociale en Italie, après la guerre, dans les années 1950. » Quelques cours d’œnologie plus tard, il devient acheteur en vin, une profession qu’il a exercée pendant douze ans. Ce qui l’anime ? Les valeurs transmises dans le monde du vin et de la cuisine, car « il faut que le bon soit partagé par tout le monde ».

Brian a lui aussi fait du cinéma, tout en s’intéressant au jardinage, à l’agriculture, aux potagers urbains, aux coopératives… « Ni Tom ni moi ne venons de familles riches, on vient des lower middle class, on ressentait le besoin de trouver un lieu où l’on peut acheter les produits bons et pas chers », souligne-t-il pour expliquer comment a germé en eux l’idée de créer à Paris un supermarché coopératif.

Pour eux, les AMAP, La ruche qui dit oui ou les Biocoop sont de très belles initiatives, mais elles ne sont pas toujours accessibles à tous : « Ce n’est pas gai et cela donne beaucoup de signaux aux anciens hippies. C’est plus pour le bien-être et l’environnement… Alors qu’aux Etats-Unis ce monde du bio est plus mélangé avec le monde gourmet ou gourmand », explique Tom, pour qui la préservation des ressources planétaires va de pair avec la conservation des héritages culinaires et de la tradition de la bonne cuisine… surtout en France !

Trouver un bon équilibre de valeurs

Forts de ce qu’ils ont pu observer dans la coopérative alimentaire de Park Slope (qui compte pas moins de 16 000 adhérents et gère un supermarché  de 1 000 mères carrés, ouvert de 8 heures à 22 heures 365 jours par an, ainsi que l’explique la vidéo ci-dessous), un quartier de Brooklyn, à New York, ils ont décidé d’importer le concept en France, en renouvelant de fait l’esprit des coopératives de consommation qui régnait dans la capitale à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, quand il en existait une douzaine :

L’idée, simple, consiste à créer un espace de vente de bons produits pas chers. Comment ? En réduisant la part de la main-d’œuvre dans les marges (soit 75 % de l’ensemble). Pour ce faire, l’initiative repose sur une architecture coopérative où chaque membre doit travailler près de trois heures toutes les quatre semaines. Et chaque membre participe au choix des produits qui seront vendus dans le supermarché.

A Paris, La Louve ouvrira ses portes dans le 18e arrondissement. Pour cela, ils mijotent à feu doux l’ensemble des ingrédients nécessaires à la mise en place du magasin. C’est ainsi qu’ils ont créé au printemps 2011 un groupement d’achats et l’association Les Amis de la Louve, ayant pour objet la création du supermarché collaboratif La Louve. Depuis 2012, le projet grandit et les meutes s’organisent, soutenues par des institutions locales, comme la mairie du 18e arrondissement et la Ville de Paris, par exemple.

Ces jours-ci, l’équipe finalise une campagne de financement participatif sur la plate-forme KissKissBankBank afin d’acheter des équipements, de salarier temporairement un coordinateur de chantier, de trouver un premier lieu d’accueil des membres et sympathisants, de financer l’achat d’une camionnette et d’autres équipements, de développer un site Web sophistiqué, d’augmenter la fréquence des distributions, de diversifier plus rapidement la gamme de produits, etc.

En décembre 2013, le groupement d’achats devrait quitter Bagnolet, où il est installé depuis sa création, pour investir un beau local de 60 mètres carrés dans le 18earrondissement.

La vidéo suivante résume en quelques minutes (et avec un délicieux accent anglo-saxon) la logique du projet :

Nouveaux modèles, nouvelles dynamiques

Pour Tom, « ce ne sont pas des consommateurs qui viennent dans un supermarché collaboratif. Il n’y a pas de différence chez nous entre dirigeants et clients. Chaque membre participe à la gouvernance et on n’a jamais l’impression de “travailler” au sens le plus entendu du terme ». Il paraît même qu’il est difficile de faire ses courses ailleurs une fois qu’on y a pris goût, précisant que les coopérateurs économisent une centaine d’euros par mois, tout en faisant de nouvelles rencontres.

Maëlanne, qui accompagnait Tom et Brian quand je les ai rencontrés, a rejoint le projet en mai 2013 « Ce fut un véritable coup de cœur, confie-t-elle, alors qu’elle aimerait bien à terme faire partie de l’équipe en tant que salariée. Le projet porte des valeurs très positives, le mode de gouvernance est très impliquant, Brian et Tom arrivent à transmettre ce qui les anime à l’ensemble de la communauté, si bien que nous avons tous envie de le co-construire au mieux. »

Face à cet enthousiasme, Tom reste vigilant : il sait que la route est longue encore avant l’ouverture du supermarché, prévue en 2015. L’un de ses grands défis est de gérer l’intérêt et l’enthousiasme générés par le projet. « Nous arrivons à un moment où il devient difficile de trouver des choses à faire pour le tas de gens qui souhaitent participer à la création de ce supermarché, raconte-t-il. Cette envie de prendre l’initiative et d’essayer de construire sa propre alternative est exactement l’esprit qu’on recherche… Mais nous espérons que les gens comprennent que leur intégration dans le projet peut prendre un moment pour qu’on puisse les accueillir dans les meilleures conditions. »

A la fois nourricière, indépendante et protectrice, La Louve, qui aurait pu être baptisée « Le Moulin », prévoit de proposer plusieurs gammes de produits et de prix« Ce sera défini au maximum par une coopérative de consommateurs. On va faire des sondages, des questionnaires, pour savoir quelles sont les habitudes culinaires et alimentaires de nos membres. On trouvera à chaque fois le meilleur de ce qui existe pour répondre à cette demande et aux valeurs de tout le monde», explique l’équipe, qui est conseillée par un meilleur ouvrier de France pour le choix des fromages. « Que ce soit bio ou non, c’est surtout très bon ! Le génie, c’est l’équilibre avec quarante ans d’expérience, l’équilibre entre valeurs éthiques et esthétiques », explique Tom, dont la vigilance se retrouve dans le choix des produits, qu’il n’hésite pas à organiser avec des tests à l’aveugle.

En attendant, l’idée est tellement séduisante qu’il est possible de la soutenir les yeux fermés 😉

http://alternatives.blog.lemonde.fr/2013/11/17/a-paris-un-supermarche-collaboratif-veut-rendre-les-bonnes-choses-accessibles-a-tous/

 

 

Publicités

Une réflexion sur “A Paris, un supermarché collaboratif veut rendre les bonnes choses accessibles à tous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s