En dix ans, quels prix ont le plus augmenté ?

Smartphones et TV écrans plats au prix d’un paquet de pâtes, éducation et santé au prix du caviar.

« Est-ce qu’une famille avec une voiture dans l’allée, une télévision à écran plat et un ordinateur connecté à Internet peut être considérée comme une famille pauvre ? » C’est la question que se pose le New York Times. En effet, les prix de ces biens de consommation ont baissé de manière drastique aux Etats-Unis ces dix dernières années, cachant néanmoins des hausses aussi importantes pour d’autres dépenses, comme l’éducation ou la santé.

En France, la situation est la même ces dix dernières années. Les prix de l’alimentation ou de l’énergie montent en flèche tandis que baissent ceux du matériel informatique, des téléviseurs ou de la téléphonie. Le graphique ci-dessous présente l’évolution de l’indice des prix de l’Insee pour une sélection de produits similaires à ceux choisis par le quotidien américain. L’indice des prix de l’habillement a été nivelé sur l’année pour attenuer l’effet des soldes.

  • Les coûts de logement, d’énergie et d’alimentation augmentent en flèche

Evolution de l’indice des prix entre 2004 et 2014 pour une sélection de produits, relativement à la hausse globale de 18 % des prix depuis 2004.

SOURCE: INSEE

SOURCE: INSEE

Dans une note de juillet 2013, l’Institut national de la statistique et des études économiques confirmait que la part des dépenses « contraintes » des plus modestes stagnait. « Les plus modestes n’ont non seulement plus de gains de pouvoir d’achat à dépenser sur les postes qu’ils jugent les moins nécessaires, mais une partie d’entre eux semble également se contraindre sur les dépenses d’alimentation. »

Le résultat de ces évolutions aux Etats-Unis, explique le New York Times, est que la différence entre ce que consomment des ménages pauvres et des ménages de classe moyenne est de moins en moins importante en comparaison avec la différence entre ce qu’ils gagnent. Mais les premiers ont de plus en plus de difficultés à utiliser les biens qu’ils possèdent, et payer l’essence, un abonnement à Internet ou même l’électricité devient difficile.

Le Financial Times fait la même analyse pour le Royaume-Uni. De manière similaire, les biens de consommation y ont baissé drastiquement alors que dans le même temps les dépenses d’énergie, de maintenance ou de santé ne cessent d’augmenter. Le coût de l’enseignement y a augmenté de plus de 74 % depuis 2004.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s