Pauvreté : ces préjugés ont la vie dure

europe1.fr, 9/10/2014

Dans un livre, l’association ATD Quart Monde déconstruit des a priori sur les personnes en situation de précarité.

© Max PPP

© Max PPP

« Les pauvres font tout pour toucher des aides », « on est moins pauvre à la campagne », « les pauvres ne paient pas d’impôts ». Les idées reçues sur les personnes en situation de précarité ont la vie dure : 97% des Français ont au moins un préjugé sur la pauvreté. Dans un guide, l’association ATD Quart Monde démonte, études et chiffres à l’appui, quelques formules toutes faites trop souvent entendues sur les pauvres. Europe 1 en a sélectionné cinq.

1 – « On est moins pauvre à la campagne »

Certes, le coût de l’habitat est moins élevé à la campagne. Pour autant, affirmer qu’on est moins pauvre à la campagne » est faux, si l’on se réfère à un rapport de l’Inspection générale des Affaires sociales (IGAS) sur le sujet. Il y a même plus de misère en milieu rural, car les logements sociaux et les services publics sont plus rares que dans les villes.

2 – « Les pauvres ne paient pas d’impôts »

Les personnes en situation de pauvreté échappent à l’impôt sur le revenu. Mais il est faux d’affirmer qu’ils ne payent pas d’impôts. Comme tout le monde, ils payent la TVA. Et ceux qui ne dépassaient pas 10.224 euros de revenu fiscal de référence en 2012, étaient soumis à la contribution sociale généralisée (CSG) et la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS).

3 – « Les pauvres font tout pour toucher des aides »

Encore une affirmation erronée. Au contraire, beaucoup de personnes en situation de précarité ne sollicitent pas les aides de l’Etat auxquelles ils ont pourtant droit. Parmi les bénéficiaires du RSA, la moitié seulement demande à le percevoir. Autre exemple : 68% ne cherchent pas à accéder au tarif première nécessité d’EDF alors qu’ils pourraient le faire.

4 – « Les sans-abri ne veulent pas travailler »

C’est encore une idée reçue. Un quart des sans-abri fréquentant une structure d’accueil ont un emploi, précaire pour une majorité, selon une étude de l’Insee paru en avril 2014. 40% des SDF recherchent un job.

5 – « Les pauvres font des enfants pour toucher des aides »

C’est un raisonnement biaisé, car les aides ne compensent pas ce que coûte un enfant. Plus une famille s’agrandit, plus elle s’appauvrit.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s